Visitez le four à chaux de Tribies

FOUR A CHAUX ARTISANAL DE TRIBIES
XVI Siècle
Matériau très ancien, la chaux fut utilisée dés l’époque romaine pour fabriquer les mortiers des constructions, des plus simples aux plus colossales, et pour de multiples usages, associés aux différentes étapes de son cycle de fabrication.

Ce four à chaux artisanal ancien est du type intermittent à longue flamme, classé dans le patrimoine Industriel de la Commune. Utilisé à l’époque pour produire la chaux afin de répondre aux besoins immédiats de la population de nos campagnes :

Pour usage agricole : Chauler les terres acides, assécher les sols humides.
Dans les habitations pour blanchir les murs, désinfecter les étables par badigeon de lait de chaux.

Dans le bâtiment : En maçonnerie pour construire Mas ou Hameaux.
A noter que ce four a servi à construire le Hameau de Tribies et bien des Mas environnant.

La matière première, la pierre calcaire, était issue des collines à proximité du four.
La calcination de la Pierre constitue l’art proprement dit du Chaufournier, qui a pour but de convertir en chaux, par l’action du feu, les pierres calcaires dites pierres à chaux.
Après fumage, (mise en température du four), la pierre est soumise à une forte chaleur, immédiate, continue et non interrompue. Le four était alimenté par des fagots et du bois a fort pouvoir calorifique. La calcination durait trois jours et trois nuits et il fallait se relayer pour y maintenir une température constante entre 900 et 1100 degrés. Les flammes passaient au travers des couches de pierres de façon homogène. Une couche de terre d’argile recouvrait le pourtour de la voûte pour garder la chaleur. L’eau contenue dans la pierre s’évapore sans provoquer l’éclatement des blocs puis c’est la décarbonisation et la perte de gaz carbonique C02. La pierre calcaire, ou carbonate de calcium, se transforme ainsi en oxyde de carbone.

La chaux vive ainsi produite continue sa descente vers son refroidissement avant d’être extraite. Ensuite, c’est le passage de la chaux vive à la chaux éteinte, l’extinction, phénomène d’hydratation, par arrosage manuel, ou par immersion des blocs de chaux. Ces deux procédés fournissent la chaux éteinte sous forme de poudre.

La proximité de la Rivière AVENE explique le choix de l’emplacement de ce four situé également tout prés de collines calcaires.

La commune a financé la restauration du four, légué par Monsieur Michel GAUDE.

Restauration réalisée par Stéphan Sugier.

Des cookies, petits fichiers informatiques, peuvent être déposés sur votre terminal. Si vous y consentez, le responsable du site pourra recueillir des statistiques de visites anonymes pour optimiser la navigation.
Lire nos mentions légales pour en savoir plus