Saint-Hilaire de Brethmas

La population n’a cessé de croître depuis plusieurs années et s’élève actuellement à 4 313 habitants (2017) contre 1 271 habitants en 1936. L’urbanisation de la commune se développe progressivement. Il est vrai qu’il fait bon vivre à Saint Hilaire de Brethmas où l’on bénéficie d’un cadre « champêtre », tout en étant à proximité de la ville. Saint Hilaire de Brethmas est traversée, du nord au sud, par la rivière « l’Avène ».

Cours d’eau d’une vingtaine de kilomètres de long, l’Avène prend sa source à la montagne du Rouvergue qui se situe entre le Pradel, le Martinet et Saint Florent sur Auzonnet et culmine à 695 mètres. L’avène pénètre dans la commune au pied des falaises de la Bedosse. Elle borde, à l’est, la Jasse de Bernard et file vers les moulins du Juge et de Tribies qu’elle actionnait jadis. L’Avène rejoint une autre rivière « Le Gardon d’Alès » sur le territoire, entre la voie ferrée et l’ancienne route de Nîmes (RD 936). Le Gardon servant en grande partie de limite à la commune sur sa partie ouest. Le climat méditerranéen et une terre argileuse sont favorables à la viticulture et à l’agriculture.

Situation géographique

Situé dans la région Languedoc-Roussillon dans le Département du Gard (30), Saint Hilaire de Brethmas est limitrophe de la ville d’Alès (Sous-Préfecture du Département). Membre de la Communauté d’Agglomération Alès Agglomération (CAAA), la commune est placée à l’entrée sud de celle-ci, en direction de Nîmes.

Tourisme

La commune de Saint Hilaire de Brethmas est dotée d’un temple et d’une Eglise Romane du XIIème siècle.

L’église romane, répertoriée par les Monuments Historiques a eu une histoire mouvementée. Construite au XIIème siècle et dépendante des Templiers, elle a été en partie détruite durant les guerres de religion.

Restaurée au XVIIème siècle, elle a conservé :

● Ses belles voûtes en cul de four soigneusement appareillées.

● Un puits existant depuis l’origine du sanctuaire (dans la partie gauche du sanctuaire)

● Un banc en pierre taillé à l’usage des clercs (dans la chapelle de la Vierge)

On notera particulièrement :

  • À l’extérieur: la qualité de la pierre et la présence de la Croix de Malte (cordon côté Est).
  • À l’intérieur: la sobriété de la décoration et une statue de la Vierge en bois polychrome (fin du XVIIIème siècle).
Le temple de Saint-Hilaire de Brethmas

Historique

St Hilaire de Brethmas est un haut lieu de l’époque camisarde – Jean Cavalier, le plus prestigieux des chefs protestants y fit, avec sa troupe, plusieurs expéditions avant d’y revenir pour négocier. Une plaque de marbre sur le pont de l’Avène commémore cet événement. Un ensemble de constructions typiques de l’ancien temps : vieilles maisons du bourg, vieux mas campagnard, anciens moulins à eau le long de l’Avène aux portes des Cévennes. Un lieu de résidence recherché dont l’urbanisation a su intégrer la nature aux exigences de la modernité.

Origine du Nom : Extraits du livre « Saint Hilaire de Brethmas aux portes d’Alès » de l’Abbé René ANDRÉ

La plus vieille écriture connue de « Saint Hilaire de Brethmas » est issue de la cartographie de la seigneurie d’Alais (ancien nom d’Alès), en 1376, où l’on trouve la paroisse de « Saint Ylari de Breto Manso ». Nous trouvons l’orthographe actuelle de « Saint Hilaire de Brethmas » au XIVème siècle et nous constatons que la paroisse était dédiée à « Saint Hilaire » qui fut archevêque d’Arles, dans la première moitié du Vème siècle.

L’origine de « Brethmas » est des plus claire : formée de « Bretho », nom propre du propriétaire d’un Mas et de « Mas », mot universellement connu dans le midi, qui dérive du latin « Mansus », habitation de campagne.